Lectures

Les Machines Fantômes – Olivier Paquet

Bonjour à tous et bienvenue dans cette chronique ! Aujourd’hui, nous allons parler des destins d’un trader, d’une chanteuse pop et d’un soldat, tous liés par des liens plus profonds qu’ils ne peuvent l’imaginer. Nous allons aussi parler d’Intelligence Artificielle, et de l’impact qu’elles pourraient avoir sur notre monde si elles prenaient leur indépendance. Mené par une intrigue haletante et bien ficelée, plongez dans un univers où tout se dissimule pour mieux tromper.

J’ai choisi ce roman car il était recommandé par ActusSF dans ses articles à propos de la rentrée de l’imaginaire. Je l’ai bien aimé… mais c’est le genre de livres pour lequel je ne suis pas le bon public. Mon avis sera plus court, du coup. Je vais essayer de rester la plus objective possible

Tout d’abord, il faut savoir que je suis quand même contente de l’avoir lu. Il est vraiment très bien, l’écriture est de qualité, l’intrigue haletante… après, il m’a laissée perplexe la grande majorité du temps.

Les quatre premiers chapitres présentent chacun un personnage différent, et aucun n’a semble-t-il quoi que ce soit en commun avec les autres. J’ai réalisé après qu’il fallait attendre la seconde moitié du livre pour les voir se réunir et que ça commence à devenir clair. Soit, c’est une façon de faire. Je n’apprécie pas trop, personnellement. Rester dans le flou total quand je lis un bouquin, ce n’est pas ma tasse de thé. Je vois très bien que c’est voulu par l’auteur, on sent qu’il sait où il nous emmène et tout. C’est pas lui le souci, j’ai pas accroché, c’est tout.

Parmi tous ces petits trucs incompréhensibles, il y a le personnage d’Aurore, l’héroïne du second chapitre et du livre. Celle-ci assiste à des événements, rencontre des gens, poursuit un but et, surtout, elle parvient à des raisonnements qui m’échappent totalement. Je ne suis pas arrivée à comprendre comment elle a réussi à conclure qu’il y aurait des morts, que les gens étaient en danger, ect. En fait, j’ai souvent eu l’impression de lire une suite où tous les enjeux auraient été expliqués précédemment et donc, que j’aurais loupé.

Aussi, le premier chapitre nous présente un trader et son boulot est expliqué… woh, ça m’est complètement passé au-dessus de la tête, j’ai rien pigé. Je ne serai pas trader, je pense xD

Le premier chapitre intitulé « Modélisations » que j’ai lu était encore plus incompréhensible. Qui est ce personnage, que vient-il faire dans l’histoire, comment s’est-il retrouvé là, comment c’est possible qu’on assiste à deux avenirs différents pour lui, pourquoi ? J’ai appris plus tard qu’il s’agissait de simulations de vie de gens pris au hasard par les fameuses machines (celles du titre), mais honnêtement, j’aurais pas compris si on me l’avait pas dit. Et j’aurais aimé le savoir avant de lire ce chapitre.

En fait, ce livre me donne l’impression de ne pas avoir tous les éléments nécessaires pour comprendre. C’est déstabilisant.

Quant aux fulgurantes intuitions d’Aurore (oui, encore elle)… je ne sais que dire. Ses compagnons parlent d’un mec mystérieux qui porte un panama, et elle conclut aussitôt qu’il s’agit de son père, sans même voir une photo de lui… C’est si peu courant que ça, un type qui porte un panama ? Je sais pas moi, ils habitent à Paris, c’est une ville gigantesque, des gens avec un panama, on ne doit pas en trouver un seul… C’est incompréhensible.

Quand à la fin… elle était juste dans la veine de tout le reste du bouquin xD On lit des bribes de vie de divers personnages, on comprend à demi-mots que les personnages ont gagné une nouvelle vie, que les choses continuent… les modélisations aussi, j’ai bien l’impression. Mais tous ces morceaux de vie m’ont paru décousus et je n’ai pas trouvé le lien entre eux. Je ne suis pas une bonne détective ! En tout cas, le livre s’achève d’une belle façon, tout a été résolu et je n’ai pas ressenti de frustration en tournant la dernière page. Il n’y a rien que je déteste plus qu’un livre qui nous laisse en plan juste pour acheter la suite !

Pour conclure, les Machines Fantômes restent, malgré ma réticence, un très bon livre que je recommande aux amateurs du genre, qui vont certainement y trouver leur bonheur. Je ne m’étonne pas de ne pas avoir tant accroché que ça : même si j’apprécie la science-fiction, ce n’est pas mon genre de prédilection. Je suis contente d’avoir lu un bon livre, Olivier Paquet est un excellent auteur. Je pense même que je tenterai de lire à nouveau l’un de ses titres à un moment ou un autre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le NaNoWrimo

31/10/2019

%d blogueurs aiment cette page :